ACTUALITÉS

[23 juin 2017]

RENCONTRE-DÉBAT : L’OFFRE DE LOCATION SOCIALE DE VÉHICULES EN HAUTE-GIRONDE

C’est dans un ancien chai viticole transformé en espace de…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

C’est dans un ancien chai viticole transformé en espace de coworking numérique que s’est déroulé cette rencontre-débat dont le but était de présenter les offres de locations de véhicules à destination des publics fragiles sur le territoire de la Haute-Gironde, mais aussi les outils pour renforcer la communication et le développement des services de mobilité (carte interactive à destination des conseillers, fiche de suivi…)

 

Les 31 personnes présentes – élus locaux prescripteurs, associations, opérateurs de transport et différents acteurs économiques – ont pu profiter d’un espace conférence ainsi que d’un espace petit-déjeuner avec des informations (grilles et plaquettes) concernant les déplacements en Haute-Gironde.

 

Cet événement, mené en partenariat avec le Centre Intercommunal d’action sociale, la Mission Locale Haute-Gironde, Sillon Solidaire et l’association APREVA a réuni une trentaine d’élus locaux, prescripteurs, associations, opérateurs de transport et acteurs économiques. Il a été l’occasion de présenter les diverses améliorations en termes de location sociale de véhicules depuis l’arrivée de la plateforme mobilité Wimoov Haute-Gironde :

  • Location de scooter avec l’action Inter’scoot ;
  • Location, achat et réparation de voiture avec l’association APREVA grâce à l’ouverture de 4 nouveaux points relais ;
  • Location de véhicule mis en place par le CIAS en partenariat avec Wimoov et l’APREVA qui cible de façon très réactive les travailleurs  au niveau de ressource inférieur au  seuil de pauvreté.

Le débat a été conclu par Robin Premaillon (chargé de coopération territoriale Wimoov), qui a souligné l’ampleur du travail qu’il restait à accomplir et les partenariats à développer afin d’offrir une réponse collective de qualité au territoire.

[ÉVÉNEMENT]

[16 juin 2017]

PARCOURS VÉLO-DÉCOUVERTE À BLAYE (HAUTE GIRONDE)

En présence d’élus locaux et munis de vélos prêtés par…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

En présence d’élus locaux et munis de vélos prêtés par le département de la Gironde, les participants ont pu suivre un parcours spécialement mis en place par la Plateforme Haute-Gironde de Wimoov et évoluer dans différents environnements (centre-ville, piste cyclable, pavillonnaire…) tout en étant sensibilisé à la mobilité durable et responsable.

 

Blaye Parcours Vélo

Le parcours était ponctué de différents points de sensibilisation et d’information :

 

  • Les stands Secours populaire, Action Inser’scoot, l’Auto-école sociale de Jonzac et Mission locale : ces derniers ont pu présenter les différentes solutions de mobilité sur le territoire (location sociale de scooter, aides au permis, vélo à assistance électrique) et donner des conseils de sécurité.

Blaye Parcours Vélo

  • Les Services Techniques de la ville : renseignements sur l’offre de location de scooter à tarif social et sur le lien entre l’apprentissage du vélo et le permis de conduire.

Blaye Parcours Vélo

 

  • Accueil par deux jeunes en Service Civique, Tyron et Dyla: les participants ont pu aborder la question de l’entretien des vélos et les éléments indispensables à vérifier avant de partir pour une conduite responsable.

Blaye Parcours Vélo

 

  • Locaux de la Mission Locale et Mylène LAROCHE (Conseillère Mobilité Wimoov) : détails sur le fonctionnement de la plateforme mobilité Haute-Gironde et les solutions de mobilité présentes sur le territoire.

 

Le circuit se conclut par le rassemblement des participants au niveau du point d’arrivée et leur accueil par Emma LESLIE (Mission Locale) pour un débriefing du parcours et un encas. Ils remplissent finalement un document afin de restituer leur expérience en tant que cycliste et décrivent  les points forts et points faibles des différents environnements traversés, le tout pour un parcours global de 6km.

Blaye Parcours Vélo

[WIMOOV]

tous_mobiles

[24 mars 2017]

4ÈMES RENCONTRES DE LA MOBILITÉ INCLUSIVE

Le 18 janvier 2017, pour la quatrième année consécutive, le…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

Le 18 janvier 2017, pour la quatrième année consécutive, le Laboratoire de la Mobilité Inclusive (LMI), fondation cofondée par Wimoov et Total en 2012, réunissait des acteurs publics, privés et associatifs pour échanger autour de la mobilité. La fondation affirme aujourd’hui sa volonté d’être moteur du changement. « Malgré certaines avancées indéniables,  le temps n’est plus à la patience. Nous avons été pédagogues, nous avons été mobilisateurs, nous devons maintenant impulser et être acteurs du changement » insiste Florence Gilbert, directrice générale de Wimoov.

 

Placées cette année encore sous le Haut Patronage du Président de la République, les Rencontres, se tenant à l’Assemblée nationale, ont débuté par les interventions de Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, et d’Olivier Faure, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

 

Comme le souligne Ségolène Neuville : 20% de la population active est en difficulté de mobilité alors que 41% des employeurs ont du mal à recruter en raison de problèmes de transports. Pour la secrétaire d’Etat, « la notion de mobilité dépasse largement le cadre des déplacements physiques, elle interroge les questions d’autonomie et d’émancipation car gagner en mobilité c’est un moyen de rendre la cité accessible à tous ».

 

Pour Olivier Faure, « la mobilité c’est à la fois la liberté, l’égalité et la fraternité ». Il fait également de la mobilité « le principal outil de la mixité […], la véritable façon de continuer à mélanger des gens qui ont besoin de continuer à s’intégrer à une société qui est la notre ». La mobilité est donc un vecteur de cohésion nationale et un enjeu de la République.

 

Mobilité et Emploi

Pour mieux saisir les enjeux de la mobilité, le LMI a réalisé un sondage avec l’institut Elabe. Les principales données qui en ressortent montrent que :

  • Près d’un Français sur quatre (23%) déclare avoir refusé un travail ou une formation par manque de moyen de se déplacer ;
  • Près d’un Français sur cinq (19%) déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche ou dans un structure d’aide à la recherche d’emploi parce qu’ils ne pouvaient s’y rendre ;
  • Près de 4 français sur 5 (79%) considèrent que les questions de mobilité sont un enjeu pour les pouvoirs publics.

Pour plus de chiffres, retrouvez l’étude « mobilité et insertion » réalisée par l’institut Elabe

 

 

Comment pérenniser la mobilité inclusive sur les territoires ?

Damien Desjonqueres, Responsable Mobilité Inclusive du groupe Total, souligne que la mobilité n’est pas qu’une question d’infrastructures. Les transports traditionnels ont toute leur place dans la solution, mais ne peuvent suffire à la demande : l’économie sociale et solidaire (ESS) et les start-up ont une capacité d’innovation indispensable à la résolution des problèmes de mobilité.

Cette journée était ainsi une occasion de récompenser les trois start-up lauréates de l’opération « Bouger moins, bouger mieux » du LMI.

 

Bip Pop, une application de mobilité inversée

Il s’agit d’un service d’aide au maintien à domicile des personnes empêchées (séniors, personnes blessées ou accidentées …). Il permet d’interagir avec ses proches et les commerçants de proximité via une application web et mobile proposant la livraison collaborative de courses.

 

Covoit ici, le covoiturage rural

C’est le premier service public de covoiturage du quotidien qui offre un nouveau moyen de transport local, flexible et économique pour les territoires péri-urbains et ruraux grâce à des stations de covoiturage connectées.

 

Iwheelshare, le réseau des bons plans

Il s’agit d’une application mobile participative qui permet aux personnes en situation de handicap de partager leurs expériences du quotidien et de cartographier les lieux et évènements adaptés ou non.

 

Tout au long de la journée, une liste de propositions a été formulée pour compléter l’offre des transports publics et des start-up :

  1. Renforcer l’apprentissage de la mobilité dès l’école ;
  2. Simplifier et coordonner les aides à la mobilité car leur multitude et la communication existante posent problème ;
  3. Faciliter la coopération entre les acteurs du transport, de l’insertion sociale et de l’ESS ;
  4. Intégrer aux politiques de transport un volet mobilité inclusive.

 

Les nouvelles offres de mobilité et la fracture territoriale

Léa Mazloff, Directrice « Veille & Analyses stratégiques » du cabinet Chronos, est intervenue ensuite pour présenter une étude sur les nouvelles formes de mobilité. Il est fort de constater que les mobilités émergentes se concentrent dans les grandes zones urbaines tandis que la voiture reste dominante dans le péri-urbain et le rural. Ainsi  73% des Français utilisent leur voiture au quotidien en zone rurale contre seulement 10% à Paris.

 

Le nouveau rôle des régions dans l’organisation de la mobilité

La mobilité met en lumière ce problème de « territoire ». Le cadre juridique et règlementaire pour accompagner ce chantier mobilité reste à construire. Les nouvelles mesures, et précisément la loi NOTRE, modifie le paysage institutionnel. Pour Marylise Lebranchu, ancienne Ministre de Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique porteuse de cette loi, le volet transport est encore inachevé car il faut penser le schéma régional et la place de la région comme autorité de l’action commune (acteurs publics et privés, intercommunalités).

 

Comment financer la mobilité inclusive ?

Si l’entretien des routes est coûteux, celui de nouvelles infrastructures de transport l’est encore plus. Il faudra donc chercher à optimiser l’existant par de nouveaux usages. Certes il y aura besoin d’infrastructures, pour développer l’usage du vélo par exemple, mais cet investissement trouvera une rentabilité financière en améliorant le quotidien des français. Cela permettra à la fois d’économiser sur les frais publics liés à l’inactivité professionnelle et sur les coûts de santé (manque d’activité physique, maladies respiratoires…).

 

Et demain ?

Pour Florence Gilbert « il y a encore beaucoup d’étapes  à franchir pour que personne ne se retrouve en situation  de mobilité subie et pour trouver un modèle économique pérenne. Il faudra marteler qu’aujourd’hui 20% de la population active sont en situation d’immobilité,  renforcer l’apprentissage de la mobilité, fédérer les offres des territoires et donner l’accès à l’information ». Ce sera grâce à tous ces efforts conjugués que « la mobilité sera accessible à tous ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[WIMOOV]

[16 janvier 2017]

LA MOBILITÉ, UN ENJEU DE LA RÉPUBLIQUE

Créé à l’initiative de Wimoov et de Total, le Laboratoire…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

tous_mobiles

Créé à l’initiative de Wimoov et de Total, le Laboratoire de la Mobilité inclusive a pour objectif d’associer les grands acteurs de la mobilité – privés, publics, société civile – afin d’analyser les difficultés rencontrées par les publics les plus fragiles et de proposer des solutions.

Il réunit aujourd’hui 16 acteurs de la mobilité : Ademe, AG2R La Mondiale, CNML (Conseil National des Missions Locales), la Croix-Rouge française, FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), FARE, FASTT (Fonds d’Action Sociale pour le Travail Temporaire), Keolis, le Groupe La Poste, la Fondation MACIF, la Fondation d’Entreprise Michelin, Pôle Emploi, la Fondation PSA Peugeot Citroën, le Secours Catholique, Total, Transdev, Wimoov.

Depuis 2013 Le Laboratoire organise les Rencontres de la Mobilité Inclusive pour une journée d’échange et de débat. Pour cette quatrième édition le Laboratoire a décidé de traiter de la mobilité sous le thème suivant « Mobilité quotidienne et territoires, enjeu de la République ».

Pour plus d’informations, retrouvez le programme de cette journée et suivez notre fil Twitter.

[WIMOOV]

[16 décembre 2016]

141 SENIORS ACCOMPAGNÉS À BORDEAUX EN 2016

En cette fin d’année, la plateforme de Bordeaux a dressé…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

seniors_BordeauxEn cette fin d’année, la plateforme de Bordeaux a dressé un bilan de sa nouvelle offre de services de mobilité auprès des seniors, élaborée en partenariat avec AG2R La Mondiale, et qui a permis d’accompagner 141 personnes.

 

Cette nouvelle activité vise à combler les besoins croissants de mobilité des seniors, accentués par le vieillissement de la population et l’éloignement géographique du réseau familial.
Ce manque de mobilité chez les seniors est principalement dû à l’impossibilité d’utiliser leur automobile à cause de capacités physiques et psychologiques dégradées ou par manque de ressources (précarité énergétique et coûts de l’entretien du véhicule).
Or l’utilisation de l’automobile et le nombre d’activités pratiquées par les seniors sont interdépendants.

 

En effet, ayant grandi avec la démocratisation de la voiture, ils perçoivent souvent la perte de mobilité automobile comme une perte d’autonomie voire comme une dégradation de leur bien être moral (sentiment de dépendance et d’isolement, non accès à la culture…) pouvant augmenter les symptômes de dépression. De plus, le manque de mobilité qui découle de la non-utilisation d’un véhicule personnel est accentué par la méconnaissance des moyens de transport et des nouveaux usages (covoiturage, planificateur d’itinéraires…).

 

C’est pourquoi Wimoov veut développer des alternatives de déplacements aux seniors et les former aux nouvelles pratiques liées à l’utilisation du numérique.
Mais avant d’offrir une quelconque solution de mobilité il faut bien connaitre le comportement de l’usager : quels moyens de déplacement a-t’il l’habitude d’utiliser ? Quels sont ses freins à la mobilité? Est-il capable d’utiliser les transports en commun ?… Pour cela, Wimoov réalise un bilan de compétences mobilité afin de proposer les solutions les plus adaptées à chacun et d’améliorer l’accompagnement offert.

 

Ainsi, cette première expérimentation bordelaise a été un vrai succès tant auprès des seniors accompagnés que des équipes et partenaires mobilisés.

[ACTUALITÉS]

[9 décembre 2016]

LE TROPHÉE ARGENT FSE – DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le 5 Décembre nous étions conviés au village des initiatives…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

Le 5 Décembre nous étions conviés au village des initiatives FSE (Fonds Social Européen), organisé dans le cadre du programme opérationnel national pour l’emploi et l’inclusion 2014-2020. Une rencontre pour aborder les nouvelles approches autour du numérique et de la transition écologique, deux thématiques en lien avec l’emploi.

Cette année à l’occasion de la première édition des « Trophées des Initiatives FSE », l’équipe de Wimoov Bordeaux a présenté notre projet d’accompagnement des personnes en situation d’insertion socio-professionnelle vers une mobilité durable et autonome.
Cette première édition a fait écho puisque 93 porteurs de projets du Fonds Social Européen ont répondu à cet appel.


Le dossier de candidature nous demandait de décrire notre projet et son devenir. On a ainsi détaille nos outils, du bilan de Compétence Mobilité aux actions pédagogiques, financières ou matérielles, notre écosystème (les prescripteurs et nos partenaires) et les résultats obtenus : 96% des participants accompagnés ont d’ores et déjà amélioré leur mobilité !


Quant à notre vision de l’avenir, nous avons décrit notre projet de création d’un test de mobilité. Il permettra d’orienter chaque personne vers la méthode qui lui correspondra le mieux notamment une application mobile qui permettra aux publics les plus autonomes de se saisir des nouvelles offres de mobilité.


Un dossier bien ficelé nous permettant d’être sélectionné parmi les 4 finalistes (merci à nos Bordelais!).


Le jour J c’est plutôt sur le vote du public qu’il fallait compter puisqu’il représentait 60% de la note finale. C’est donc grâce à un public enthousiasmé que nous avons décroché le Trophée Argent dans la catégorie Développement Durable !


wimoov_trophee-fse

[WIMOOV]

[16 novembre 2016]

LE 2 ROUES MOTORISÉES TOUT EN SÉCURITÉ

Engagé sur la prévention routière depuis ses débuts (1998), Wimoov…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

Engagé sur la prévention routière depuis ses débuts (1998), Wimoov étend ses actions de sensibilisation auprès des jeunes publics.
Une intervention qui s’avère toujours aussi nécessaire comme en témoigne la hausse de la mortalité sur les routes.

Ce mois-ci, la plateforme de Saint-Avold, grâce au soutien de la Mairie, s’est dotée d’un simulateur deux roues. Permettant une mise en situation, les simulateurs font partie des outils de sensibilisation les plus efficaces.

C’est ce mois-ci également que débute le circuit de prévention deux roues mené en partenariat avec la Macif. Retrouvez-nous sur les routes de Dijon, Valence, Le Castelet, Arras, Marne la vallée, Mulhouse, Le Bourget, Rennes et Biarritz !carte-circuit-2rm

[WIMOOV]

[5 octobre 2016]

J-365 AVANT LE RENDEZ-VOUS DES PARTENAIRES !

Quelles solutions durables pouvons-nous proposer aux 7 millions de personnes…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

save-the-date_rdv-partenaires_01

Quelles solutions durables pouvons-nous proposer
aux 7 millions de personnes qui rencontrent
des problèmes de mobilité en France ?


save-the-date_rdv-partenaires_04

Depuis 15 ans, Wimoov fait de la mobilité son défi au quotidien.
Partenaires publics, privés, opérationnels et financiers : rendez-vous le 5 octobre 2017 
pour élaborer ensemble la mobilité de demain dans les territoires.

save-the-date_rdv-partenaires_06

[WIMOOV]

[3 octobre 2016]

TRANSFORMER NOTRE MANIÈRE DE CONCEVOIR LA MOBILITÉ

A l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, et…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

A l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, et de la semaine bleue, Florence Gilbert, fondatrice de Wimoov et co-fondatrice du Laboratoire de la Mobilité inclusive, a été interviewée par le Figaro.fr au sujet de la mobilité des seniors.

 

Florence Gilbert a notamment rappelé que la mobilité joue un rôle-clé dans la capacité des seniors à se maintenir à domicile et à continuer à participer à la vie économique et sociale de leur territoire. Dans une société vieillissante – en 2060, la proportion des 75 ans et + aura doublé –, et alors que 16% des personnes âgées de 56 à 74 ans et 44% des plus de 75 ans déclarent être gênés pour se déplacer, la mobilité des seniors constitue donc un enjeu économique et social, lequel semble ne pas être suffisamment connu du débat public.


Florence Gilbert a également rappelé la problématique de la dépendance à l’automobile de la génération actuelle de seniors qui, à plus de 65 ans, ne sont que 5% à faire usage de transports en commun. Ce chiffre s’explique en partie par la prééminence passée de la politique de la voiture individuelle qui a limité le développement d’une capacité chez les seniors à faire usage des transports ainsi que de services et d’infrastructures adaptés.

 

« Si on apprenait systématiquement aux chauffeurs de bus comment démarrer pour éviter aux usagers seniors de chuter, les seniors seraient plus nombreux à prendre le bus » a ainsi précisé Florence Gilbert.


En 2015, Wimoov a mis en place un service d’aide à la mobilité des seniors en collaboration avec AG2R sur sa plateforme de Bordeaux, lequel a permis à de nombreux seniors de réapprendre l’usage des transports, de la pratique de la mobilité en milieu urbain et même, pour certains, de se familiariser avec le co-voiturage. Ce nouveau service est en cours de déploiement sur d’autres plateformes Wimoov où le besoin est avéré.

 

Florence Gilbert a conclu sur la nécessité de transformer notre manière de concevoir la mobilité. Il convient en effet de penser la mobilité pour les minorités et par le développement de services, plutôt que pour les masses et uniquement à travers la mise en place d’infrastructures lourdes. Les régions, désormais en charge de la mobilité sur les territoires, ainsi que les opérateurs de mobilité, les start-up et les associations ont, dans ce cadre, un rôle clé à jouer.

 

Article du Figaro.fr « Sept millions de Français ont besoin des autres pour se déplacer »
Article de La Croix.com « La mobilité des seniors ne va pas de soi »

[WIMOOV]

[3 octobre 2016]

MONDIAL DE L AUTOMOBILE

La plateforme Ile-de-France intervient aux côtés de la Macif afin…

[EN SAVOIR +]
[RÉDUIRE -]

La plateforme Ile-de-France intervient aux côtés de la Macif afin de sensibiliser les participants du Mondial de l’Automobile aux risques routiers.

Plusieurs ateliers seront proposés parmi :
-réactiomètre,
-lunettes de simulation alcoolémie,
-distribution de documentation et échanges avec les participants sur les dangers de la route

[ACTUALITÉS]