Wimoov et la Fondation Nicolas Hulot publient la première édition du Baromètre des mobilités du quotidien 29/01/2020

La mobilité, enjeu-clé de la transition écologique

Il ne doit pas y avoir de transition écologique sans justice sociale.La mobilité est en cela un enjeu central. Les transports sont la première source d’émissions de gaz à effet de serre en France et contribuent à la détérioration de la qualité de l’air; ils sont aussi, au quotidien et pour beaucoup, source de dépenses importantes, de stress voire de renoncement à des besoins de base (travail, santé…).

Le Baromètre des mobilités du quotidien est né d’une ambition partagée entre Wimoov et la Fondation Nicolas Hulot : conjuguer l’accès à la mobilité pour chacun avec la réduction réelle des impacts environnementaux de nos déplacements au quotidien.

Ce baromètre repose sur une enquête nationale menée auprès de 4 000 ménages, et sur 3 études de terrain*, menées dans des territoires à faible densité, avec des réalités sociales contrastées.
Reconduit chaque année, il vise à mesurer l’évolution des pratiques des Français vers une mobilité durable et inclusive, dans le cadre de la Loi d’orientation des mobilités (LOM).
L’objectif : recenser les moyens et alternatives proposés, pour transformer une politique de transport qui enferme les plus précaires dans les difficultés et nourrit la crise écologique.

* Méthodologie : l’enquête a été réalisée en ligne du 6 au 15 novembre 2019 par l’institut d’études ObsoCo auprès d’un panel de 4 000 personnes représentatives de la population française âgées de 18 à 75 ans. Les études de territoire ont été réalisées par Chronos selon une méthode d’immersion favorisant les échanges avec les usagers et acteurs locaux.

L’aspiration des français au changement repose sur la prise de conscience environnementale

89% des Français se disent préoccupés par la situation environnementale et 60% des 18-24 ans considèrent que les déplacements contribuent beaucoup à la dégradation de l’environnement.
Cette prise de conscience se traduit par une volonté de changement :

  • Près de 60% des Français se disent favorables à la fin de vente des véhicules essence et diesel en 2040.
  • 38% des automobilistes pensent réduire leur usage de la voiture d’ici 10 ans et 50% envisagent de passer à la voiture électrique.
    Près d’un Français sur 2 pourrait réaliser tout ou partie de ses trajets quotidiens à vélo, sous condition d’infrastructures sécurisées.

Pas tous égaux en matière de mobilité

  • Le coût des déplacements constitue le premier obstacle à la mobilité pour 50% des français, tous territoires confondus, et pèse en premier sur les plus modestes. Le budget mensuel moyen alloué aux déplacements (109€) est considéré comme « élevé » pour 2/3 d’entre eux, en particulier pour les habitants des communes rurales.
  • 55% des français déclarent ne pas avoir le choix de leur moyen de déplacement au quotidien et parmi eux 84% disent être contraints d’utiliser leur voiture.
  • Les freins psychologiques (peur, appréhension de prendre les transports en commun, de se perdre, de faire une mauvaise rencontre…) touchent particulièrement les jeunes (29% des 18-24 ans), les urbains (25% d’entre eux et les ménages les plus modestes (26%).

Des contraintes qui pèsent sur la vie quotidienne

  • Pour 1 Français sur 3 la fatigue liée aux conditions de transport constitue un obstacle aux déplacements quotidiens.
  • 1 Français sur 4 a déjà renoncé à un emploi en raison de difficultés pour se déplacer.
  • Dans les zones rurales 1 personne sur 4 déclare ne pas sortir de chez elle, plus de 2 à 3 fois par semaine.


« La mobilité est un enjeu environnemental mais également social. Aujourd’hui, en France, 12 millions de personnes rencontrent des difficultés quotidiennes pour se déplacer. Nous devons répondre à ces enjeux simultanément, par des solutions durables et inclusives : permettre d’accéder à une mobilité plus durable afin de moins polluer mais également de moins dépenser, sans exclure les plus modestes. La Loi d’orientation des mobilités a tenté d’y répondre. Les solutions existent, il faut aujourd’hui les déployer pour tous et dans tous les territoires, et accompagner aux changements de pratiques ».

Florence Gilbert, Directrice générale de Wimoov