Risques et opportunités du télétravail 29/06/2020

La pratique du télétravail

La notion de télétravail est apparue dans les années 1950 aux États-Unis avec les travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique. À partir des années 1970, le télétravail est mieux connu et se développe, en phase avec les progrès technologiques.Depuis, le télétravail se développe aux quatre coins du monde, mais de façon très inégale. Les États-Unis et la majorité des pays anglo-saxons affichent des taux supérieurs à l’Union Européenne.

Les objectifs poursuivis en matière de télétravail sont multiples : fluidification des transports, réduction des émissions de gaz à effet de serre, attractivité, compétitivité, amélioration de la qualité de vie au travail des salariés et des agents publics, soutien à l’innovation…

Le Baromètre des mobilités du quotidien (données recueillies fin 2019) indiquait que pour 36% des Français interrogés, il leur était possible « techniquement » de travailler mais que 28% le pratiquaient de manière régulière. Certaines études menées pendant le confinement, notamment celle de la Fondation Jean Jaurès indique que 30% des Français ont pratiqué le télétravail. En prenant en compte le chômage partiel et différents aléas liés aux conditions de travail, on peut estimer que le confinement a permis d’exploiter la grande majorité du potentiel de télétravail en France. Cette période de confinement a permis, à marche forcée, de faire évoluer les pratiques et les mentalités.

Ces chiffres intéressants et prometteurs ne doivent pas faire oublier les cruelles inégalités face à cette pratique. En effet, les conditions de travail permises par son lieu de vie ne se prêtent pas forcément au télétravail (faible surface, garde d’enfants…). N’oublions pas non plus le très grand nombre de métiers qui ne se prêtent pas au télétravail.

Les politiques d’accompagnement et de soutien du télétravail

Certains aménagements sont possibles en termes de répartition du temps de travail ou des missions afin de permettre un télétravail partiel, sur une partie de la semaine. Le recours à des tiers-lieux ou espaces de coworking peuvent également apporter des solutions concrètes.

Les collectivités territoriales sont de plus en plus nombreuses à soutenir des actions en faveur du télétravail dans leurs territoires : aides aux entreprises, accompagnement logistique et financier des acteurs (entreprises, associations), construction de lieux d'accueil. L'Etat et l'Europe accompagnent également ce mouvement, à travers l’action de l’Agence de nationale de cohésion des territoires.

Une perception favorable du télétravail en cours d’évolution

Le télétravail se développe particulièrement dans le secteur privé. Selon l’Observatoire du télétravail, des conditions de travail et de l’ERGOstressie, 150 accords d’entreprises sur le télétravail ont déjà été signés. Les salariés en télétravail effectuent leurs missions majoritairement depuis leur domicile et plus rarement dans un espace de télétravail, un espace de coworking, un tiers-lieux…

Le télétravail est positivement perçu tant par les salariés que par les entreprises. Une enquête réalisée en 2012 montre que 90% de salariés considèrent que le télétravail améliore leur qualité de vie personnelle, 84% considèrent que le télétravail contribue à l’amélioration de la qualité de vie familiale, 77% considèrent que le télétravail augmente leur productivité, 81% d’entre eux jugent que le télétravail réduit le stress lié aux transports, 64% jugent que le télétravail augmente leur temps de travail et 22% pensent que le télétravail augmente leur charge de travail. Toutefois, le télétravail se développe majoritairement dans les grandes entreprises et dans les entreprises actives dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

La croissance du taux de télétravailleurs contribue au développement des espaces dédiés au télétravail, qui se multiplient à ce jour. Selon la plateforme Néo-nomade dédiée à l’indentification des espaces où l’on peut télétravailler, la France dispose aujourd’hui d’environ 1000 tiers-lieux sur l’ensemble de son territoire. Toutefois, ces espaces sont répartis de manière inégale sur le territoire français et majoritairement situés dans les grandes métropoles.

Le télétravail demeure une formidable opportunité sociale, sociétale mais également environnementale. Néanmoins, les inégalités de développement, tant géographique que liées à la nature même des métiers, nous rappellent la nécessité d’accompagnement de son développement et son inscription dans une approche plus globale de l’amélioration des conditions de de travail et de transports.

Les politiques d’appui au développement du télétravail varient en fonction des objectifs fixés par les pouvoirs publics et les secteurs économiques. Si la France a décidé de légiférer sur le télétravail en l’inscrivant dans le Code du travail, d’autres pays comme l’Allemagne, ne lui ont pas donné de règle juridique spécifique dans le secteur privé. Ces politiques visent partout des objectifs d’amélioration de la productivité, de réduction des temps de transport, de la qualité de vie des salariés.

Malgré ces différences, un phénomène semble gagner le monde entier, le développement des espaces dédiés au télétravail. Ainsi la capitale brésilienne, Brasilia, figure parmi les dix premières capitales du monde disposant du plus grand nombre d’espaces de télétravail et de coworking.